« Cette situation inédite a permis de faire émerger des idées qui seront à garder par la suite. »

délégué pédagogie covid arts et métiers
Actualité
Témoignage

Après un mois de confinement, rencontre avec Charlotte Joseph, étudiante en 2e année du programme Grande École sur le campus Arts et Métiers d’Angers et déléguée à la pédagogie (DAP). Elle nous explique quel regard les étudiants portent sur la continuité pédagogiqueà quelles difficultés ils sont confrontés, comment ils les surmontent...

Dans ce contexte si particulier de confinement et d’enseignement à distance, en quoi consiste votre rôle de déléguée à la pédagogie ?

Nous sommes 6 délégués à la pédagogie sur le campus d’Angers. Notre mission est de faire le lien entre les professeurs et les élèves, et ainsi remonter d’un côté comme de l’autre tout problème en lien avec la pédagogie.
Notre rôle est d’autant plus important en ce moment car le dispositif pédagogique à distance est nouveau. Nous veillons à ce que les cours mis en place par les professeurs conviennent aux élèves, et à ce qu’aucun ne soit en échec à cause de cette situation difficile.

Quels sont les changements majeurs pour les étudiants ?

Pour le travail individuel, la méthode de travail reste globalement la même que celle avant le confinement. La différence majeure est le cadre de travail. Notre environnement personnel y est plus ou moins propice. Nous n'avons pas tous la possibilité de nous isoler.
Pour les travaux de groupe, la plateforme Teams nous sert à mettre en commun nos idées. Cette période nous oblige à nous répartir plus clairement le travail pour que chacun puisse avancer de son côté.

déléguée pédagogie angers

Quels liens entretenez-vous avec les enseignants ?

Cela dépend des cours. Certains enseignants déposent les cours sur la plateforme Savoir, et nous laissent nous organiser en étant disponibles par mail en cas de problèmes. Nous avons donc peu d’échanges. Cela nous oblige à être plus autonome, à défricher les cours et à faire les exercices seuls, ce qui n’est pas toujours facile.
Pour une réelle interaction, d’autres privilégient les cours en direct via Teams. Cette formule nous rapproche des cours traditionnellement dispensés sur le campus.
Nous avons même eu des oraux via cette plateforme.
Pour certains travaux pratiques, les professeurs nous envoient les valeurs des manipulations et nous réalisons ensuite l’extraction des documents et les interprétations physiques.

Quels retours des élèves avez-vous sur les actions mises en place par les enseignants pour la continuité pédagogique ?

Déjà, nous remercions l’ensemble de l’équipe pédagogique qui a réagi très rapidement à cette crise, et qui se montre très disponible et très ouverte aux remarques des étudiants.
Cette situation inédite a permis de faire émerger des idées qui seront à garder par la suite. Par exemple, des professeurs ont réalisé des powerpoints avec une bande audio pour commenter les cours, système très apprécié des étudiants !
Sinon, certains élèves trouvent qu’être seuls pour effectuer les exercices avec un retour par mail est trop léger pour réussir à appréhender le cours là où d’autres jugent les cours sur Teams peu efficaces car ils ont du mal à rester concentrés. Cela dépend des caractères de chacun et aussi de l’environnement personnel des élèves.
Mais globalement, les élèves angevins sont satisfaits des mesures mises en place par les professeurs.

Comment maintenez-vous le lien avec vos camarades et notamment ceux en difficultés scolaire ?

Les délégués à la pédagogie et les représentants étudiants essayent de surveiller le moral de chacun en faisant remplir des questionnaires aux étudiants via les groupes facebook des promotions. La principale difficulté est liée à l’environnement de travail.
Certains étudiants ne peuvent pas s’isoler et la connexion internet n’est pas toujours optimale.
Dans ce cas, un élève de la classe est chargé d’enregistrer les cours en direct et de les envoyer par la suite à l’étudiant.
Ces facteurs peuvent nuire au travail alors que l’école tente de lisser ces inégalités et d’offrir la même chance à tous.
Pour les autres problèmes personnels, ils sont réglés au cas par cas.
Nous demandons aussi chaque semaine aux étudiants leur ressenti global et les éléments qu’ils souhaiteraient améliorer. Nous en discutons ensuite lors d’une réunion hebdomadaire avec les responsables pédagogiques afin de faire évoluer les choses positivement.
Enfin, pour les difficultés scolaires, le contrôle des absences aux cours en direct est effectué à titre indicatif par les professeurs afin que nous identifions les élèves potentiellement en décrochage scolaire. Avec l’équipe pédagogique, l’objectif est de se rapprocher de ces élèves au plus vite.

Décrivez nous une journée type de confinement d’un étudiant Arts et Métiers

Le plus difficile avec ce confinement, c’est justement le fait de ne pas avoir vraiment de journée type. Nous avons parfois 5 cours sur Teams et parfois notre journée est libre. C’est à nous de nous organiser un planning avec nos devoirs.
Mais le confinement a aussi des côtés positifs. Cette liberté d’organiser notre journée nous permet de travailler la matière que l’on souhaite et de gérer notre emploi du temps pour être plus efficace.
Notre charge de travail est toujours assez conséquente mais j’arrive néanmoins à prendre le temps de cuisiner !

Dernières actualités

Dans le cadre de leur projet de deuxième année, Cyrille, Tristan, Paul, Lynda, Joachim et Stanislas ont étudié la consommation énergétique du campus Arts et Métiers de Lille.

Actualité, Témoignage

Le campus Arts et Métiers de Châlons-en-Champagne a été sollicité par son mécène, VINCI Energies France Nord Est, pour fabriquer des poignées un peu spéciales !

Actualité, Entreprise

Alexandre Isaac est élève-ingénieur en 1ère année du cursus PGE (Programme Grande Ecole).

Témoignage