Programme Grande Ecole en cursus apprenti : une réponse aux besoins des entreprises

Temoignage Alessandro PGE cursus apprenti ANGERS SNCF
Témoignage
Entreprise

Le cursus en apprentissage du Programme Grande Ecole Arts et Métiers, qui se déroule sur le campus d’Angers, permet à une entreprise de bénéficier pendant 3 ans des compétences des élèves ingénieurs. Alessandro Giannelli, apprenti-ingénieur Méthode au sein de l’équipe maintenance du Technicentre de Paris Saint-Lazare de la SNCF, et son tuteur Xavier Cappe de Baillon,  ingénieur Méthode sur le site de maintenance d'Achères, nous expliquent les points forts de cette formation au service des entreprises et des étudiants !  

Après une prépa PTSI, au lycée polyvalent de Cachan, Alessandro Giannelli intègre Arts et Métiers en cursus apprenti. Son premier choix ! Lui qui en avait assez de la théorie souhaitait intégrer une formation concrète, découvrir le monde du travail sans attendre et pouvoir valoriser son expérience professionnelle sur son CV.  Le programme Grande Ecole en cursus apprenti est pour lui l’occasion d’appliquer directement les compétences acquises à Arts et Métiers au service de SNCF.

Une formation qui répond à un besoin des entreprises

Alessandro est rattaché au service Méthodes du site d'Achères, un site d’une grande diversité où sont gérés les maintenances des lignes L et J Transilien, l’entretien des locomotives pour la ligne normande et les activités fret et infra. « La diversité des matériels roulants au sein du service engendre de nouvelles maintenances sur de nouveaux engins et des modifications des fiches de conformité des agents », explique Xavier Cappe de Baillon son tuteur. « C’est pour répondre à ce besoin que nous avons souhaité embaucher en contrat d’apprentissage Alessandro ».

Ses missions : adapter des fiches de maintenance nationale au site sur lequel il opère et répartir les tâches entre les agents, travailler à l’amélioration de l'atelier par la méthode 5S et concevoir des pièces pour améliorer le site de maintenance. « L’enjeu est d’essayer de réduire le temps de maintenance, de diminuer la fatigue des agents et les risques. Je travaille, par exemple, à la conception d’un pont ou d’une potence qui permettrait de soulever les matériels pour permettre aux agents de travailler au sol et non en hauteur », explique Alessandro.

Un rythme qui demande de la rigueur 

Alessandro passe un mois en entreprise et un mois à l’école. Ce rythme lui permet de se focaliser sur ses missions à la SNCF et ensuite de se remettre dans le bain des cours. L’apprentissage mérite cependant de la rigueur, « il faut savoir bien gérer son temps entre les missions en entreprise et le travail des cours. C'est un investissement personnel assez important mais très riche ! ». Alessandro et son tuteur ont des points réguliers pour suivre l’état d'avancement de ses missions. Quand Alessandro n’est pas en cours, il travaille en présentiel sur le site. C’est pour lui une bouffé d'oxygène après les cours en distanciel !

Une application concrète des enseignements

« Au début d’une mission, l’approche terrain est très importante. On se voit régulièrement et Alessandro rencontre aussi les agents et les responsables de service pour mieux appréhender le métier d'ingénieur », précise Xavier Cappe de Baillon. Ce qui est intéressant, c’est de permettre à l’étudiant de mettre en application certains préceptes de la formation. « Ce rythme alterné permet à l’apprenti d'avoir un pied directement dans l'entreprise, et à la fin de son cursus de bien appréhender le monde professionnel ». Du cahier des charges, à la gestion de projet en passant par état de l'art, la conception et la modélisation sur 3DExpérience, la communication et la gestion de conflits, Alessandro se sert ainsi concrètement des compétences acquises en cours pour ses projets en entreprise.

Des missions qui évoluent pendant 3 ans

Pendant 3 ans Alessandro verra ses missions évoluer, c'est un gage de confiance entre lui et l’entreprise.

L’objectif c'est qu’il puisse monter en compétences sur les trois années. Il travaille actuellement sur des missions courtes mais nous souhaitons qu’il devienne autonome sur de nouvelles tâches comme suivre un projet d'industrialisation de A à Z. Au bout des trois ans, notre ambition est qu’il ait acquis le métier d’ingénieur Méthode, Xavier Cappe de Baillon

Un gain de maturité

Pour Alessandro, c’est tout l’intérêt du cursus apprenti. Acquérir de l’expérience et travailler sur des missions variées pour répondre aux besoins de l’entreprise.

 Pour moi, le gain de maturité est le point fort de ce cursus. Nous avons de belles responsabilités qui ont un impact sur la vie de l’entreprise, c’est très valorisant

Mettre un pied dans l’entreprise et s’ouvrir des portes

A la SNCF, l’alternance est un sujet important. Xavier Cappe de Baillon a ainsi bénéficié de formations pour savoir manager un alternant, le faire progresser et qui puisse s'épanouir. « L’alternance est un avantage non négligeable car ce type de contrat nous permet d'avancer sur certains projets que nous n’avons pas forcément le temps de développer », précise-t-il.

Une fois un pied à la SNCF, si un jeune alternant possède de bonnes compétences, sa candidature sera transmise, pas forcément dans le même service, mais au sein de la SNCF. « Un jeune qui est passé par l’apprentissage aura plus de chance d'être embauché au sein de l'entreprise. On forme des jeunes pour ensuite les embaucher chez nous » conclut Xavier Cappe de Baillon. 

Alessandro, quant à lui, n’a pas encore d’idée fixe pour la suite mais se dit ouvert pour rester à la SNCF et découvrir d'autres postes ! 

A lire aussi

Cursus apprenti

L’alternance dans le Programme Grande École Arts et Métiers ParisTech

Une formation alliant bases théoriques solides et immersion dans l’entreprise : depuis 2015, Arts et Métiers propose la voie de l’apprentissage aux étudiants inscrits dans le cursus d’ingénieur généraliste. Cette formation se déroule sur le campus d’Angers en partenariat avec l’Institut des techniques d’ingénieur de l’industrie (ITII) Pays-de-Loire.

À l’issue des trois années, les élèves sous statut apprenti obtiennent le même diplôme que les élèves inscrits en cursus étudiant, leur donnant accès à l’ensemble des métiers et secteurs d’activité dans lesquels évoluent les ingénieurs Arts et Métiers.

Le cursus par apprentissage repose sur plusieurs principes forts qui contribuent à la professionnalisation des élèves :

  • Une formation généraliste durant les deux premières années, complétée par une expertise en 3e année accessible uniquement sur le campus d'Angers
  • Un rythme d’alternance prévoyant 40 % du temps en formation à l’école, 60 % en entreprise (dont 12 semaines de mobilité internationale)
  • Une pédagogie innovante, basée sur l’approche par problèmes et par projets, et favorisant l’autonomie et l’adaptabilité des apprentis.
  • Les mêmes enseignements que le cursus étudiant, organisés pour prendre en compte le temps passé en milieu professionnel.

Suivre cette formation permet d'appliquer directement les compétences théoriques, techniques et humaines acquises en cours, dans un environnement professionnel et de bénéficier d’une expérience de 3 ans en milieu industriel, précise Pierre Rousseau étudiant apprenti. C’est une formation dynamique qui délivre le même diplôme d'ingénieur généraliste que le cursus étudiant.

Pour en savoir plus, contact : alternance-angers@ensam.eu 

Planning de la formation en apprentissage

programme grande ecole cursus apprenti planning 2021

Le statut et les missions de l’apprenti

L’élève ingénieur en contrat d’apprentissage a le même statut qu’un salarié employé dans le cadre d’un contrat à durée déterminée, ce qui lui assure une rémunération mensuelle pendant ses trois années de formations. Ses droits et devoirs sont régis par les dispositions générales du code du travail. La rémunération correspond à un pourcentage du Smic, ajusté selon l’âge de l’apprenti et son année de formation. Les missions confiées doivent correspondre à l’évolution de la formation. Des projets multidisciplinaires aboutissent à la rédaction de livrables, évalués par l’équipe enseignante et le tuteur industriel. Chaque période en entreprise débouche sur une phase de remédiation organisée à l’école. Elle permet de mettre en évidence les connaissances et savoir-faire mis en pratique dans l’entreprise.

Dernières actualités

Arts et Métiers renforce son dispositif de lutte contre les violences sexistes et sexuelles (VSS) et de prise en charge des victimes, en organisant, en complément de sa cellule écoute-veille-accompagneme

Actualité

Les Rencontres du Développement Durable, dont Arts et Métiers est partenaire, se dérouleront en ligne du 27 septembre au 14 octobre 2021. Les inscriptions sont déjà ouvertes.

Actualité

Le mardi 7 septembre, le campus Arts et Métiers de Châlons était présent à la Foire de Châlons, 2ème rendez-vous agricole en France !

Actualité

Le rapport d'activité 2020 d'Arts et Métiers revient sur les chiffres clés de l’Ecole pour l’année 2020, en termes d’effectifs et d’employabilité (fonctions, secte

Actualité