Ingénieur de spécialité

visuel cursus ingénieur de spécialité

Développer une expertise en milieu professionnel

Arts et Métiers propose neuf filières de formation axées sur une spécialité, et accessibles par la voie de l’apprentissage. Avec un pied à l’école, l’autre dans l’entreprise, les étudiants bénéficient d’un solide socle théorique tout en accumulant 18 mois d’expérience professionnelle.

Devenir ingénieur Arts et Métiers via l’apprentissage, c’est l’assurance de bénéficier de la même qualité académique que la formation d’ingénieur généraliste, tout en faisant ses premières armes professionnelles dans une entreprise. « Le niveau de la formation théorique est tout aussi élevé, confirme Xavier Dufresne, directeur de la formation initiale d’Arts et Métiers. Les élèves ingénieurs mettent en pratique leurs acquis de façon continue, dans leur entreprise d’accueil. » Les relations étroites entre le maître d’apprentissage, dans l’entreprise, et le tuteur pédagogique, sont au cœur de cette dynamique : elles valident les compétences développées en situation professionnelle.

Des profils recherchés par les recruteurs

Ce double statut d’étudiant et de salarié permet aux élèves-ingénieurs de renforcer leur culture technologique, au plus près des réalités de terrain. Les enseignements généraux sont progressivement complétés par des cours en lien avec leur spécialité. Les neuf cursus proposés par Arts et Métiers ont pour objectif la formation d’ingénieurs spécialisés en génie mécanique, génie industriel, génie énergétique, travaux publics ou en gestion et prévention des risques. 

« Ces programmes correspondent aux expertises des campus, définies au plus près des besoins industriels de chaque territoire, indique Xavier Dufresne. Les élèves ingénieurs sont ainsi partie prenante de problématiques d’entreprise, dès la première année de formation. » La progressivité des missions confiées contribue à la montée en puissance de leurs compétences. Peu à peu ils sont amenés à prendre des responsabilités, à gérer un projet ou à manager une équipe. « Grâce à l’expérience professionnelle de 18 mois qu’ils peuvent valoriser, les ingénieurs de spécialité sont des profils particulièrement appréciés des recruteurs. »

Au cœur des défis de l’industrie du futur

La formation prévoit également une expérience de deux mois minimum à l’étranger, dans une université partenaire ou pour le compte de l’entreprise. « Dans ce  dernier cas, l’étudiant peut par exemple participer à un projet de développement international, illustre Xavier Dufresne. Cette exposition à des enjeux à la fois industriels et économiques est aujourd’hui incontournable dans la formation d’ingénieur. »

Grâce à cette association très étroite entre théorie et pratique, le cursus d’ingénieur de spécialité est aujourd’hui en plein essor. D’autres filières devraient prochainement voir le jour, notamment en biomécanique ou en procédés.

LCPI étudiants

 

Les cinq points forts du cursus Ingénieur de spécialité

  • Une formation par apprentissage rémunérée
  • Une vie associative dynamique
  • Un double tutorat école-entreprise
  • L’expertise pédagogique Arts et Métiers
  • Une insertion professionnelle garantie

Plus d'informations ?

Dernières actualités

Le lien entre Arts et Métiers et l’industrie se traduit à tous les niveaux. Au niveau académique, par des stages, projets, visites d’entreprises.

Actualité, Entreprise

Ludovic Regley est actuellement un élève ingénieur de spécialité de 2e année  sur le

Témoignage, Entreprise

Alexandre Lachi et Sandy Lesieur sont actuellement en 3e année du cursus ingénieur de sp

Témoignage, Entrepreneuriat

Clément Nief, élève ingénieur de spécialité de 3e année, est actuellement en apprentissage dans

Témoignage, International