Stage de fin d'études à l'étranger : L'exemple de Jérôme du campus d'Angers

Jérôme Hoareau - photo Inside Angers - Arts et Métiers
Actualité
International

Mixer mobilité internationale, stage de fin d’études avec une embauche à la clé, c’est possible ! C’est ce qu’a vécu Jérôme Hoareau, élève ingénieur en 3e année, qui a passé six mois en Pologne dans le cadre de son stage de fin d’études chez Devillé ASC.

 

Février 2022, dans sa voiture chargée de vêtements chaud, Jérôme prend la direction de la Pologne, plus précisément Poznan, ville implantée dans le centre-ouest du pays. Trois jours plus tard, il arrive à destination et s’installe dans une résidence étudiante cosmopolite. « Il y avait beaucoup de jeunes étudiants en Erasmus qui venaient de toute l’Europe, mais contrairement à eux je n’avais pas le même rythme puisque je travaillais ! » explique Jérôme. En effet ses journées étaient bien chargées. En Pologne la notion de travail est continue. Les salariés travaillent huit heures de suite avec une courte pause de 30 mn le midi. Un rythme auquel Jérôme a dû s’adapter et qui a certains avantages : « Les gens arrivent tôt et terminent très tôt. Les journées sont intenses mais en contrepartie cela laisse du temps pour la vie personnelle. Ce qui m'a fait bizarre c'est qu'il n'y a pas autant de moment de convivialité mais pourtant les gens sont très efficaces et heureux de travailler, il y avait une très bonne ambiance. »

Un stage qui lui ouvre les portes de l’entreprise  

Jérôme intègre pour six mois un bureau d’études au sein de la filiale de l’entreprise Devillé ASC, spécialisée dans la fabrication de composants automobiles. « Je travaillais dans un service d’une vingtaine de personnes, plus spécifiquement sur un projet conséquent de conception mécanique pour l'emboutissage que j’ai réussi à terminer avant mon retour en France .» 
L’entreprise, très satisfaite de son travail, lui a alors proposé un poste d’ingénieur développement produit. « C'est une très belle expérience qui m’a ouvert les portes de l’entreprise Devillé. Je suis très heureux de rejoindre le site de Baugé-en-Anjou en mars prochain ! » 
Cerise sur le gâteau, Jérôme a reçu récemment un colis provenant de ses collègues en Pologne. « Ils m’ont envoyé les premières pièces sorties de l’usine réalisées avec l’outil que j’ai développé ». Au-delà des pièces, ceux sont les félicitations de son équipe qui lui font chaud au cœur : « J’étais vraiment intégré et considéré comme un « vrai ingénieur » ! » 

Un pays attachant malgré un contexte particulier 

Jérôme arrive en Pologne au même moment que le début de la guerre en Ukraine, un évènement qui chamboule la Pologne et les Polonais. « Il y avait beaucoup de flux de réfugiés, notamment dans les gares et les auberges de jeunesse lorsque je visitais le pays, c'était impressionnant. C'était assez particulier comme ambiance », explique Jérôme. Ce dernier a néanmoins profité de sa présence en Pologne pour visiter ce pays. « Tout a été construit après la guerre, c'est très propre partout. J’ai beaucoup aimé Cracovie mais Gdansk est ma ville coup de cœur. Elle se situe au nord de la Pologne c’est un ancien port au bord de la mer. C'est un pays avec peu de chômage, il y a beaucoup de travail et les Polonais sont très sympathiques », explique-t-il. 

Partir à l’étranger : une immersion complète pour enrichir ses compétences      

Réaliser un stage de fin d’études au sein d’une entreprise dans un autre pays est une expérience qui permet aux étudiants de faire preuve d’adaptation et de découvrir une autre façon de vivre et de travailler. « C'est différent d’habiter dans un pays étranger que de passer juste des vacances. La pratique de l'anglais est incontournable, c’est une immersion complète d’un point de vue professionnel et personnel ». Une très belle expérience qui lui a permis de réaliser sa mobilité en même temps que son stage de fin d’études, et qui plus est, d’être embauché à l’issu de son stage ! 

Détail du stage : 

L’outil progressif d’emboutissage est monté sur une presse hydraulique de 500 tonnes. Il permet de façonner une bande métallique au fur et à mesure que celle-ci avance dans l’outil. A chaque coup de presse, 2 pièces sont fabriquées, ce qui permet de respecter la haute cadence qu’impose le secteur automobile. 

Jérôme Hoareau - photo Inside Angers - Arts et Métiers

Dernières actualités

Magali Bertrand, enseignante en Management à Angers, organise pour les étudiants de 3e année des ateliers avec la méthode LEGO®

Témoignage

En 2023, les campus et instituts Arts et Métiers vous ouvrent leurs portes pour des Journées Portes Ouvertes exceptionnelles !

Actualité

Spécialisé en réalité virtuelle et augmentée, l’Institut Arts et Métiers de Chalon-sur-Saône intègre cet espace de plus de 4 000 m² avec 3 autres co-fondateurs : le

Actualité, Recherche

Thibault Haguet, diplômé Arts et Métiers, est fondateur à 26 ans de la startup angevine LUO

Témoignage, Entrepreneuriat