Privilégier les circuits courts et limiter l'impact environnemental de l'activité industrielle

Privilégier les circuits courts et limiter l'impact environnemental de l'activité industrielle
Actualité
Témoignage
Recherche

Louis DENAUD, enseignant chercheur HDR du campus Arts et Métiers de Cluny et lauréat du prix Recherche partenariale de l’Institut Carnot Arts, revient sur le développement de l’industrie du Futur. Il se réjouit que l’Etablissement prenne le parti de privilégier les circuits courts et de limiter l’impact environnemental de l’activité industrielle car ces enjeux définissent l’ADN de l’équipe Bois du LaBoMaP.

A chacun sa ressource locale

Derrière ce titre « A chacun sa ressource locale » de l’édition du GDR Science du Bois qui a eu lieu à Cluny en 2018, il y a l’idée que le bois n’est pas forcément une ressource locale mais que pour des raisons écologiques et économiques il devrait tendre à le (re)devenir.

Aujourd’hui nous retrouvons le bois dans la construction, dans l’emballage, dans le mobilier d’agencement, indique Louis Denaud.

Les enjeux de notre démarche scientifique résident dans :

  • La transformation de la ressource bois local qui est un matériau hétérogène et fortement variable : "Deux planches issues d’un même arbre peuvent être radicalement différentes", précise Louis Denaud.
  • Le processus pour optimiser les caractéristiques physiques et chimiques du matériau bois. Afin d’adapter au mieux la ressource bois local à son usage, il est nécessaire de connaître les caractéristiques initiales du matériau et d’en maîtriser la transformation. Cette logique repose sur les méthodes de traçabilité et d’optimisation qu’on associe à l’industrie du futur en y ajoutant les aspects développement durable et circuits courts inhérents au bois local.

Pour rejoindre ces deux enjeux il faut passer par le système d’industrialisation.

Bois : une ressource locale pour la construction durable

Le campus de Cluny forme des ingénieurs Arts et Métiers en 3e année dans l’expertise "Bois : une ressource locale pour la construction durable". L’un des objectifs de cette formation est d’orienter des ingénieurs à dominantes mécanique et productique vers les industries de la transformation et de la construction bois.

Aujourd’hui le consommateur est soucieux de son impact environnemental et il est sensible aux circuits courts. Les métiers du bois évoquent souvent dans l’esprit collectif ceux de l’artisan ou de l’ébéniste. L’ingénieur Arts et Métiers doit contribuer au rôle essentiel de la filière bois pour répondre, au travers d’un modèle industriel, aux enjeux sociétaux et environnementaux à partir d’une ressource locale.

Sa formation généraliste associant génie mécanique et génie industriel, sa vision large de la conception à la fabrication jusqu’à la fin de vie d’un produit et sa capacité à travailler en équipe font de lui un élément essentiel de l’industrie durable. Il peut, en s’impliquant dans la filière bois, être un acteur de la conversion de l’industrie linéaire vers l’industrie du futur durable.

 

Photos (c) Marion Larguier

Fin de projet métiers
Machine Zwick
Détails feuilles

Dernières actualités

Jade Durand-Viel, étudiante en Programme Grande École a effectué une césure

Actualité, Témoignage

Lors de la cérémonie Arts et Métiers pour la Transition Énergétique (CAMTE) organisée par le Comité des Fêtes de l’Union des Élèves, deux équipes d'étu

Actualité, Vie étudiante

Concevoir et fabriquer un broyeur de matières plastiques pour les conditionner et les recycler, tel est l’objectif d’un projet pédagogique développé dans le cadre d’un partenariat entre le

Actualité

C’est sur le concept novateur de Fatal Energy Box, un coffret de récupération des énergies perdues lors de la détente dans le réseau de gaz, que travaillent la start-up

Actualité, Recherche