Devenir ingénieur militaire d'infrastructure de la Défense

Arnaud_Lozachmeur_IMI
Témoignage

Arnaud, ingénieur militaire d'infrastructure de la Défense, promotion 2013.

Le choix d'un cursus

Intégrer l'Armée a toujours été l'objectif d'Arnaud, dont l’orientation scolaire a été guidée par des valeurs humaines : la solidarité, le savoir-vivre et le respect de l’autre. C'est donc  l’École nationale supérieure des ingénieurs de l’infrastructure militaire (ENSIM) que le jeune homme choisit pour le parcours original "ingénieur militaire d'infrastructure de la Défense" (IMI) en partenariat avec Arts &Métiers. "Réfléchissant sur mes possibilités de carrière et sur les bagages techniques que je pouvais obtenir, les écoles d’ingénieurs généralistes me tentaient également. C’est ce qui a poussé mon choix sur la particularité du cursus proposée par l’ENSIM et Arts et Métiers".

Le cursus IMI s'effectue en 4 ans : les élèves-officiers effectuent une première année de formation militaire à l'ENSIM avant une formation de trois ans d'ingénieur BTP sur le campus angevin d'Arts et Métiers.

« Une année de formation militaire est nécessaire avant d’intégrer Arts et Métiers. Pour ma part, je l’ai réalisée au sein de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr pour la formation initiale avant de rejoindre le 7e Bataillon de Chasseurs Alpins où j’ai pu développer mes capacités physiques, intellectuelles, de commandement… et trouver toutes les vertus que je recherchais. »

Une formation riche qui permet à un élève ingénieur de se doter d’un bagage technique complet.

Arnaud détaille son parcours à Arts et Métiers :

« Tout d’abord, une année de formation générale avec tous les autres étudiants civils, orientée sur la découverte du monde de l’entreprise, les grandes dominantes de l’industrie et l’ensemble des principes techniques que doit maîtriser un ingénieur. En 2e année, la spécialité BTP est enseignée d’un point de vue technique pour comprendre cet environnement si particulier des opérations de construction diverses avant de poursuivre sur un semestre en 3e année dans lequel tous les aspects réglementaires sont analysés, en passant du Code des Marchés Publics jusqu’aux contraintes d’urbanisme. Le cursus s’achève sur un stage de fin d’études avec libre choix de l’entreprise pour l’élève officier. J’ai rejoint une entreprise du groupe VINCI en région parisienne pour finaliser ma formation et appliquer mes connaissances sur le terrain. Pendant 6 mois, j’ai pris en charge de nombreux corps d’état sur un projet qui consistait en la réhabilitation d’une tour de 11 niveaux pour la Société Générale. J’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreux sous-traitants dont certains dépassaient le million d’euros de travaux. » 

Un début de carrière prometteur

IMI_ArnaudDiplômé en 2016, Arnaud est actuellement en Pôle de maîtrise d’œuvre à Marseille, une unité appartenant à la Division d’investissement de l’établissement du service d’infrastructure de la Défense (ESID) de Lyon. Le rôle du maître d’œuvre est de concevoir des projets d’infrastructure, de les suivre en cours d’exécution et à leurs débuts de garantie. "Je travaille sur des constructions de bâtiments d’habitation, de locaux de travail mais aussi sur des opérations confidentiel defense avec des systèmes très poussés dans la sécurité. L’avantage de ce métier est la diversité des projets suivis à différents intervalles temporels. Je gère actuellement 5 projets, deux en cours d’exécution (bientôt 3), deux en avant-projets et une suivie de garantie d’un bâtiment qui subit des désordres d’envergure."

La suite ? Arnaud souhaite découvrir les opportunités proposées par le SID, des postes divers et qui permettent aussi une mobilité géographique au niveau national, dans les DOM-TOM et aussi à l’international lors d’opérations extérieures (OPEX).

Un statut à part

Durant la totalité du cursus, les étudiants ont un statut militaire. Ils perçoivent une rémunération et bénéficient d’une couverture sociale. Ils s’engagent à servir l’État pendant 6 ans après leur sortie d’école. Une fois diplômés,les IMI deviennent officiers de carrière et sont affectés directement au sein du service d’infrastructure pour y exercer leur premier emploi.

 

Crédit photos @palmesani

A lire aussi

Cursus militaire

Devenir un professionnel de l’infrastructure militaire

Arts et Métiers est le partenaire académique choisi par le ministère des armées pour la formation de ses ingénieurs d’infrastructure. Une fois le diplôme d’ingénieur Arts et Métiers obtenu, les élèves-officiers sont affectés au Service d’infrastructure de la défense (SID) avec le grade de lieutenant.

Les ingénieurs militaires d’infrastructure exercent des fonctions d’inspection, de contrôle, d’expertise, de coordination et de direction, pour l’ensemble du domaine immobilier du ministère de la Défense. Les métiers exercés relèvent donc de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage : responsable de projet technique, conducteur d’opérations, expert technique, maintenance et gestion technique du patrimoine.

Après une première année consacrée à la formation militaire initiale, les élèves-officiers rejoignent le campus Arts et Métiers d’Angers pour suivre le cursus d’ingénieur avec une dominante travaux publics et génie civil. Les stages et projets d’expertise sont définis par le SID pour correspondre à leur profil de carrière.

Elèves militaires

Nota bene : les étudiants admis dans ce cursus obtiennent le statut militaire et sont rémunérés pendant leurs études. Leur obligation de service est au minimum de 10 ans (dont les quatre années de formation).

Le concours Arts et Métiers-Ingénieur militaire d’infrastructure

Le recrutement des élèves s’effectue via les concours d’admission des filières de classe préparatoire PT (physique et technologie), PSI (physique et sciences de l’ingénieur) et MP (Maths Physique). Les épreuves, identiques à celles du concours Arts et Métiers, comportent deux obligations supplémentaires : un entretien de motivation (30 minutes) et une visite médicale. Téléchargez les documents ci-dessous.

Découvrez le métier d’ingénieur militaire d’infrastructure en vidéo :

Plus d'informations ?

Ingénieur Arts et Métiers

Le Programme Grande École Arts et Métiers ParisTech est accessible par la formation continue. Aux Arts et Métiers, le futur ingénieur se destine surtout à concevoir des produits et des systèmes de production. La formation est articulée autour de trois axes :

  • Mécanique, matériaux, procédés ;
  • Fluides et systèmes énergétiques ;
  • Conception, industrialisation, risque et décision.

L’ingénieur Arts et Métiers exerce dans tous les domaines de l’industrie : la construction mécanique et électrique, la sidérurgie, l’aéronautique et l’espace, l’informatique, les transports, le BTP, les télécommunications, les services (SSII, conseil et audit, recherche et développement…), etc.

Trois dispositifs relevant de la formation continue permettent d’obtenir ce diplôme ou d’intégrer l’école pour y suivre les enseignements :

Plusieurs filières de formation d’ingénieur sont ouvertes par la voie de la formation tout au long de la vie. Pour se préparer au mieux, les formations s’effectuent en partenariat avec des associations issues des branches professionnelles. Elles durent trois ans.

Conditions d’admission

Il faut être titulaire d’un diplôme bac+2 (BTS, DUT, licence L2 validée…) scientifique ou technique et avoir l’accord de son entreprise, après avoir satisfait aux tests et entretiens.

En l’absence de diplôme et avec quelques années d’activité professionnelle, il est possible de demander une validation des acquis professionnels.

Où suivre le Programme ingénieur de spécialité ?

Dernières actualités

L’Usine extraordinaire, une opération d’intérêt général

L’usine du futur est prête p

Actualité, Entreprise, Innovation

Se démarquer sur le marché du travail avec un double-diplôme franco-allemand.

Témoignage, International

Faire voler un drone en apesanteur... C'est le projet porté par une équipe constituée d’élèves ingénieurs du campus Arts et Métiers de Lille qui vient de remporter le concours "Projet Parabole" du CNES.

Vie étudiante

Dimanche 25 août 2019 dernier, Nicolas Fleury, élève en 2e année du

Actualité, Vie étudiante