"Je mets mes compétences au service des personnes atteintes de maladies neurologiques"

Robot
Témoignage

Laure Retru-Chavastel, ingénieure généraliste, promotion 2016

C’est avec le laboratoire LUSAGE, living-lab d’innovation pour la santé et l’autonomie, que Laure Retru-Chavastel a choisi d’effectuer son stage de fin d’études. Au sein de l’Hôpital Broca (APHP), à Paris, l’étudiante a intégré un projet de recherche dédié aux personnes âgées atteintes de maladies neurodégénératives.

NAO, le robot-thérapeute

Durant quatre mois et avec l’aide d’une psychomotricienne, Laure a mis au point des séances de psychomotricité à médiation robotique, basées sur le robot NAO. Un robot qui doit être configuré pour solliciter les capacités cognitives des patients, développer leur expression corporelle et réaliser avec eux des exercices de remise en forme. « Nous avons fait en sorte qu’il soit très empathique, indique la jeune fille. Lors des séances, il montre les mouvements à reproduire, encourage et complimente la personne. » 

Un domaine en émergence

Le bilan s’est révélé largement positif : « J’ai été surprise de constater qu’une personne, refusant initialement d’effectuer la séance de psychomotricité, a finalement accepté et même activement participé en découvrant le robot NAO. » Laure Retru-Chavastel a ainsi pu s’investir dans un champ prometteur, l’utilisation des humanoïdes dans les traitements thérapeutiques étant encore à ses prémices. Pour la jeune diplômée, l’association de la programmation et de l’aide à la personne reste son objectif professionnel.

MarionGambin_ENSAM_LaureRetruChavastel-0127R.jpg

Crédit photo : Marion Gambin

Laure a participé en tant que modèle, à l'exposition photographique Technologie Nom Féminin, réalisée à l'initiative d'Arts et Métiers.

A lire aussi

Ingénieur Arts et Métiers

Le Programme Grande École Arts et Métiers ParisTech est accessible par la formation continue. Aux Arts et Métiers, le futur ingénieur se destine surtout à concevoir des produits et des systèmes de production. La formation est articulée autour de trois axes :

  • Mécanique, matériaux, procédés ;
  • Fluides et systèmes énergétiques ;
  • Conception, industrialisation, risque et décision.

L’ingénieur Arts et Métiers exerce dans tous les domaines de l’industrie : la construction mécanique et électrique, la sidérurgie, l’aéronautique et l’espace, l’informatique, les transports, le BTP, les télécommunications, les services (SSII, conseil et audit, recherche et développement…), etc.

Trois dispositifs relevant de la formation continue permettent d’obtenir ce diplôme ou d’intégrer l’école pour y suivre les enseignements :

Plusieurs filières de formation d’ingénieur sont ouvertes par la voie de la formation tout au long de la vie. Pour se préparer au mieux, les formations s’effectuent en partenariat avec des associations issues des branches professionnelles. Elles durent trois ans.

Conditions d’admission

Il faut être titulaire d’un diplôme bac+2 (BTS, DUT, licence L2 validée…) scientifique ou technique et avoir l’accord de son entreprise, après avoir satisfait aux tests et entretiens.

En l’absence de diplôme et avec quelques années d’activité professionnelle, il est possible de demander une validation des acquis professionnels.

Où suivre le Programme ingénieur de spécialité ?

Dernières actualités

Cinq étudiants participeront à une journée d’essais privés de Formule 1 début 2021.

Actualité

Félix Guéguen est élève-ingénieur Arts et Métiers en 3ème année du Programme Grand Ecole, dans le cadre d'un double diplôme réalisé avec

Témoignage

Le 6 juillet dernier, Rachel, ex-doctorante du laboratoire I2M du campus de Bordeaux, a décroché le prix Jean-Marc Gey (JMG) qui récompense des doctorants effectuant une thèse dans un laboratoire adossé à

Actualité

En juillet 2020, Arts et Métiers a délivré aux étudiants de la promotion 2019 du Programme Grande Ecole les premières attestations de réussite sécurisées par la blockchain.

Actualité