Soutenance de thèse de Joris Guerin

De l'industrie du futur à la supply chain 4.0
10 décembre
Campus Arts et Métiers de Lille
Recherche

Joris Guerin, ingénieur Arts et Métiers, soutient sa thèse sur l’intelligence artificielle au Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Physiques et Numériques (LISPEN) le 10 décembre 2018.

LE PARCOURS DE JORIS, DE L’ÉCOLE PRÉPARATOIRE AU DOCTORAT

Après avoir effectué une école préparatoire à Lyon, Joris Guerin entre, en 2012, à Arts et Métiers sur le campus de Cluny. Fortement attiré par les mathématiques, Joris choisit de rejoindre TexasTech pour sa troisième année. Son Master est alors financé par la NASA pour laquelle il effectue un projet de recherche lié aux mathématiques. En effet, il cherche à mettre en place un algorithme permettant d’optimiser l’espace d’une navette spatiale en travaillant sur son design. Une fois son Master en poche, en 2015, il rentre en France pour réaliser un doctorat. C’est le Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Physiques et Numériques (LISPEN) qui lui propose d’effectuer une thèse sur l’intelligence artificielle pour laquelle il obtient une bourse de l’école doctorale d’Arts et Métiers.

RENDRE ACCESSIBLE A TOUS L'UTILISATION DE ROBOTS

« Ma thèse se divise en 2 axes, explique Joris. Tout d’abord, je cherche à rendre accessible à tous l’utilisation de robots. Le robot, équipé d’une caméra va capter un geste, puis va tenter, par lui-même, de le reproduire en s’entrainant. Ainsi, l’utilisateur n’aura qu’à mimer un geste pour programmer son robot. »

Le second axe de la thèse de Joris s’articule autour du tri non-supervisé. En effet, aujourd’hui, pour trier des objets, ceux-ci sont d’ores et déjà connus et le technicien précise à l’avance ce que doit faire le robot avec les objets. La thèse de Joris consiste à ne plus indiquer au robot ce qu’il doit faire mais le laisser trier de lui-même les objets qui sont, cette fois ci, inconnus.

EN FRANCE  ET AUX ÉTATS-UNIS ?

Si Joris a choisi de revenir en France pour effectuer sa thèse, c’est avant tout pour le côté concret. « Les États-Unis sont très bons en théorie, mais ils le sont moins pour mettre leurs théories en œuvre. Ici, notamment à Arts et Métiers, il y a un esprit industriel qui fait qu’on a envie de concevoir des choses qui marchent au-delà d’une publication dans un magazine; » En effet, avec l’accès à la plateforme robotique du campus Arts et Métiers de Lille, Joris à loisir de tester ses théories.

Joris a tout de même effectué quelques recherches pour sa thèse aux États-Unis. Il explique, « Les États-Unis ont deux, voire trois, ans d’avance sur la France dans le domaine de l’intelligence artificielle. Il était donc indispensable que je me rende sur place pour travailler mon doctorat; » Ainsi, Joris s’est rendu à Atlanta d’août 2017 à avril 2018, un voyage en partie financé par la Fondation Arts et Métiers.

Aujourd’hui il finit de rédiger son mémoire sur le campus Arts et Métiers de Lille. Il soutient sa thèse le 10 décembre 2018. Une fois le doctorat obtenu, il souhaite débuter une carrière académique.

Dernières actualités

Les relations avec les entreprises sont au cœur de la politique de format

Actualité, Entreprise

Eric Semail, professeur des universités sur le campus Arts et Métiers de Lille au sein du L2EP, revient sur ses travaux de recherche en génie électrique et leurs applications concrètes.

Actualité, Recherche

Le campus Arts et Métiers de Lille accueille Michael Wolf, chercheur en robotique et superviseur du groupe Autonomie maritime et

Actualité, Innovation

Dans le cadre du projet Interreg TRANSPORT, l'équipe lilloise du MSMP organise une matinée technologique sur le thème de la caractérisation des revêtements.

Actualité, Innovation