Découverte du campus et sensibilisation aux métiers d'ingénieurs pour la rentrée sur Cluny

CL-AMARRES
Actualité

Pour sa deuxième édition, les organisateurs du dispositif Arts et Métiers Accueil pour la Réussite et la Réflexivité des Etudiants (AMARRES) ont dû faire preuve d’adaptation en raison de la crise sanitaire et des mesures de prévention mises en place.

Du 1er au 11 septembre 2020, les étudiants en 1re année du Programme Grande École Arts et Métiers ParisTech sur le Campus Arts et Métiers de Cluny ont expérimenté le dispositif AMARRES. Les objectifs de ce programme de rentrée ont été d’accueillir les élèves dans leur nouvel environnement, qu'ils identifient les acteurs ressources et qu'ils appréhendent les compétences de l’ingénieur Arts et Métiers pour donner du sens à la formation qu’ils vont suivre.

Deux temps forts marquent ce programme de rentrée :

Le jeu sérieux SESAM - Services Equipes et Site aux Arts et Métiers. Cette année, le jeu n’a pas eu lieu sur une journée ni en groupe mais à distance via un parcours individuel sur six jours depuis la plateforme SAVOIR. Avec l’équipe de l’ICIFTECH, un parcours a été construit avec des conditions d’achèvement. L’objectif reste le même qu’en présentiel : découvrir l’école et l’abbaye, rencontrer le personnel, découvrir des projets et des équipements et prendre en main les plateformes numériques (SAVOIR, ETRE, LISE,TEAMS).

L’ensemble des fonctionnalités de la plateforme ont été mises à contribution : ainsi ils ont eu, notamment un tchat avec la bibliothèque, un forum sur la mobilité internationale et un quiz sur l’abbaye de Cluny, des outils dont ils se serviront tout au long de leur cursus aux Arts et Métiers, précise Christine Chevignard 

L’Apprentissage par Projet initial (HAPPY) : les étudiants sont confrontés à des situations concrètes de projets d’ingénieur sur une semaine. L’objectif de cette action est de découvrir les compétences et connaissances du programme de formation PGE, le travail en mode projet et d’identifier les compétences de l’ingénieur Arts et Métiers.

Des phases tutorées par les enseignants, alternent avec des phases en autonomie où les étudiants organisent leur groupe de travail et répondent aux objectifs pour chacune des 7 séances.

Dans le cadre d’HAPPY, la rencontre avec les ingénieurs Arts et Métiers en activité et les étudiants s’est déroulée à distance avec Teams ou en présentiel ce qui a permis d’avoir un plus grand nombre d’ingénieurs mobilisés, indique David Prat.

Ce programme de rentrée a bénéficié de 2 subventions suite à des appels à projet auxquels le campus a candidaté auprès de la région Bourgogne Franche Comté (dont le projet RITM BFC - Réussir – Innover – Transformer – Mobiliser). Ces appels à projet encouragent l’innovation pédagogique dont les résultats sont évalués pour être essaimés sur la région. Agnès Bourg, Christine Chevignard et Régine Geoffroy un retour d’expérience le 8 octobre à 5 membres de l’université Bourgogne-Franche-Comté.

En conclusion, les objectifs sont atteints si l’on se réfère aux résultats du questionnaire de satisfaction des étudiants, sur les 98 qui ont répondu :

95% ont eu une vision plus claire des compétences d’ingénieurs suite aux projets HAPPY

83 % ont apprécié la diversité des supports sur le parcours SESAM

Cette configuration inédite d’AMARRES nous a permis de créer des supports pédagogiques et de communication qui vont être réutilisés pour la promotion de l’école. L’expérimentation d’un 100% en présentiel et d’un dispositif hybride au cours des 2 années du dispositif permettront à l’équipe de réinvestir à l’avenir le meilleur des activités d’AMARRES, précise Agnès Bourg.

A lire aussi

Pédagogie

Pour cette formation unique en France, accessible aux bacheliers de la filière STI2D, Arts et Métiers s’est appuyée sur ses expertises et son savoir-faire pour définir une pédagogie ancrée dans les réalités technologiques et industrielles. Le projet occupe une place centrale dans les trois années d’études. Autre spécificité : l’interaction constante avec l’entreprise offre de multiples occasions de monter en compétences, via des visites de sites, de l'alternance école/entreprise et des conférences industrielles.

Une première année pour (se) découvrir

Tout au long de la formation, la pédagogie du cursus est centrée sur la mise en pratique des connaissances. Cette année post-bac est structurée autour de cours théoriques et d’études de cas. L’étude d’objets technologiques, de la conception à la réalisation, sert ainsi de fil conducteur aux enseignements.  De nombreuses activités sont d’ailleurs menées en mode projet afin de faire de l’étudiant le principal acteur de ses apprentissages.

Les élèves de bachelor bénéficient également d’un stage de quatre semaines minimum : une expérience qui favorise une première immersion en entreprise et l’évaluation, par les enseignants, des premiers acquis en milieu professionnel. Tout au long de cette première année, l’équipe pédagogique accompagne l’étudiant dans la définition de ses objectifs.

Deux années pour se professionnaliser

Cette seconde partie du cursus, axée sur les expériences en entreprise, s’appuie sur les liens avec les industriels locaux. Un stage de trois mois est prévu en deuxième année, avant une immersion professionnelle accentuée l’année suivante. Les enseignements, pour leur part, sont principalement dédiés à l’ingénierie des produits, des procédés et des énergies.

Pour s’assurer de coller au plus près aux réalités de terrain, la maquette pédagogique est adaptée aux besoins des partenaires industriels et académiques du campus. L’ensemble de la formation est orientée sur la montée en compétences scientifiques et techniques, permettant de s’insérer professionnellement ou de poursuivre avec des études d’ingénieur.  

Un concours pour stimuler la créativité

Le 10 juin 2016 s’est tenue la première édition du concours « Poppy Torso Bachelor » sur le campus Arts et Métiers de Bordeaux-Talence : il s’agit d’un challenge destiné aux étudiants de deuxième année de bachelor, mis en place par leurs professeurs pour tester et encourager leurs capacités créatrices. Le thème de cette première édition ? L’adaptation d’un dispositif préhenseur sur un robot humanoïde développé par une équipe de recherche de l’INRIA Talence, partenaire d’Arts et Métiers. Trois critères ont permis d’évaluer les projets : leur qualité, leur créativité et leur originalité.

Étudiant en session d'usinage

Dernières actualités

Mené en collaboration avec l’Institut de Technologie de Karlsruhe (KIT) dans le cadre de l’Institut franco-allemand p

Actualité, International, Recherche

Les équipes Arts et Métiers et celles du site 

Actualité, Entreprise, Recherche