Prédire le comportement complexe des matériaux composites grâce à l’Intelligence artificielle

Mohammed El Fallaki Idrissi réalisé sa thèse sur la prédiction de comportement des matériaux composites grâce à l'intelligence artificielle
Actualité
Témoignage
Recherche

Dans le cadre du laboratoire commun et de la chaire entre Arts et Métiers et ESI group, Mohammed El Fallaki Idrissi a débuté sa thèse sur la prédiction du comportement des matériaux composites grâce à l’Intelligence Artificielle. Interview de ce doctorant passionné par la recherche.

Quel est le sujet de votre thèse ?  

Dans l’industrie on cherche toujours à dimensionner et à optimiser les structures composites. Pour ce faire, on travaille souvent par les méthodes multi échelles, c’est-à-dire par des méthodes de modélisation avec des calculs à plusieurs échelles (micro et macro). Or ces méthodes prennent beaucoup de temps.

On cherche, dans ma thèse, à utiliser le nouveau paradigme de l’Intelligence Artificielle pour prédire le comportement des structures composites dans un temps de calcul réduit tout en gardant un niveau de précision accrue.

Comment utilise-t-on l’IA pour faire ça ?

Grâce à des outils de l’Intelligence Artificielle et des méthodes de réduction dimensionnelle, nous pourrons traiter et analyser les données. Ces dernières seront récupérées aussi bien sur la base d’expérimentations que sur la base de simulations numériques. En se basant sur ces techniques, nous pourrons prédire la réponse de la structure composite à partir de sa microstructure.

Quels bénéfices sont attendus pour l’industrie ?

Le principal bénéfice sera la réduction du temps de calcul qui facilite le processus de conception et d’optimisation en temps réel des pièces et des structures composites. Cela permettra aux ingénieurs de prendre les bonnes décisions dans un temps réduit.  

Et ça aidera aussi les chercheurs à mieux comprendre les effets des paramètres microstructuraux sur la réponse macroscopique des composites. Ils pourront avoir aussi la réponse de la structure composite en changeant ses paramètres microstructuraux sans avoir refaire les calculs à chaque fois.

Pourquoi ces méthodes ne sont-elles pas déjà utilisées ?

Même si on parle beaucoup d’IA, c’est relativement nouveau, surtout dans le domaine des matériaux composites et de leur endommagement. De plus, l’utilisation de l’IA n’est possible que maintenant que nous avons suffisamment de données. 

Comment êtes-vous accompagné dans la réalisation de votre thèse ?

Je bénéficie d’un encadrement scientifique et d’un environnement de travail très stimulant. Je suis encadré par Fodil Meraghni, spécialiste des composites autant sur le plan de la modélisation multi-échelles que sur les approches expérimentales et de Francisco Chinesta, spécialisé dans la simulation numérique, l’Intelligence Artificielle ou encore la réduction des modèles.

C’est une belle opportunité pour moi de réaliser mon projet professionnel vers les domaines de l’innovation et la recherche.

Dernières actualités

Jade Durand-Viel, étudiante en Programme Grande École a effectué une césure

Actualité, Témoignage

Lors de la cérémonie Arts et Métiers pour la Transition Énergétique (CAMTE) organisée par le Comité des Fêtes de l’Union des Élèves, deux équipes d'étu

Actualité, Vie étudiante

Concevoir et fabriquer un broyeur de matières plastiques pour les conditionner et les recycler, tel est l’objectif d’un projet pédagogique développé dans le cadre d’un partenariat entre le

Actualité

C’est sur le concept novateur de Fatal Energy Box, un coffret de récupération des énergies perdues lors de la détente dans le réseau de gaz, que travaillent la start-up

Actualité, Recherche