Le contrat de professionnalisation : l’entreprise est au cœur de l’enseignement

Contrat pro
Témoignage
Entreprise

Signer un contrat de professionnalisation permet aux apprenants de se forger une première expérience rémunérée, et en même temps de poursuivre leurs études. Certaines expertises de 3ème année du Programme Grande Ecole sont ainsi proposées en contrat de professionnalisation. 
Des atouts et des perspectives de carrière opportuns expliqués par les principaux intéressés : l’étudiant, l’entreprise et l’école. 

Rencontre avec Thomas Grosjean qui termine sa formation d’ingénieur Programme Grande Ecole en alternance dans le cadre d’un contrat de professionnalisation.

Pourquoi avoir choisi une expertise en contrat de professionnalisation en 3e année ?

J’ai choisi l’expertise Les nouvelles énergies pour un développement durable (FINRJ) car c’est la seule formation à proposer une vision globale sur les systèmes énergétiques du futur. Cette approche allait dans la continuité des travaux que nous avons initiés lorsque j’étais en 2e année et qui se poursuivent toujours autour du projet Hydrogadz (projet étudiant visant à concevoir un bateau à hydrogène intégré au cursus pédagogique dont je suis le cofondateur).

Cette expertise n’était disponible pour moi que dans le cadre d’un contrat de professionnalisation - ce qui pour moi n’était pas une volonté première. Mais aujourd’hui, je peux dire que cela a été un très bon choix.

Comment l’entreprise qui vous accueille contribue à votre formation ?

J’ai signé un contrat de travail chez Helion hydrogen Power une entreprise aixoise filiale d’Areva, fabricant et intégrateur de piles à combustible hydrogène. Le domaine d’activité est en parfait accord avec les sujets traités durant le semestre d’étude. J’ai donc pu à la fois alimenter mes connaissances à l’école et augmenter ma curiosité dans l’entreprise.

Les notions théoriques étudiées en cours sont appliquées directement dans l’entreprise. Cette alternance me permet de mettre un pied dans le monde du travail et de rencontrer des problématiques concrètes. 

Quels sont les points forts de ce cursus en contrat de professionnalisation ?

Ce cursus permet d’élargir ses connaissances et son esprit critique sur les nouvelles technologies et leurs applications. De nombreux intervenants (universitaires, chefs d’entreprises, ingénieurs, ...), viennent nous présenter les solutions énergétiques d’aujourd’hui et de demain avec des points de vue très différents.

L’alternance durant le premier semestre permet de se familiariser avec l’entreprise et d’être complétement opérationnel dès le début du stage de fin d’études. Il est évident aussi que la formation est un atout pour l’embauche. La plupart des entreprises sont enclines à proposer un emploi à la sortie. Si ce n’est pas le cas, l’expérience acquise durant cette année est valorisable pour un premier emploi.

La durée du contrat autorise des suivis de projet sur l’année et donc de travailler sur des tâches de plus grande ampleur.

Quels sont vos missions et les projets auxquels vous participez ?

Ils sont multiples et ont évolué au cours de l’année.

Dès le début de mon contrat, j’ai repris la fonction de chef de projet d’Hydrogadz, Helion étant partenaire principal et fournisseur de la pile à hydrogène. Mon rôle est d’en améliorer l’architecture système.

Puis au cours de l’année, je suis venu renforcer le pôle électrique du bureau d’études afin de développer des architectures de contrôle commande. On m’a confié également la réalisation des appels d’offres pour le contrôle commande et la conversion de puissance afin de développer des architectures électriques hybrides.

Quelles sont vos perspectives de carrière ?

Dans un premier temps, je vais suivre un mastère spécialisé à l’ENSTA Bretagne en management de projet. A la fin de cette formation, je souhaite travailler dans le secteur maritime avec une spécialité en énergétique. Je serais peut-être amené à revenir chez Helion en tant que chef de projet/architecte système pour poursuivre mes activités actuelles.

Un conseil à donner aux étudiants ?

Ne pas hésiter à choisir ce mode de formation. Pour ceux qui commencent un peu à se lasser du rythme scolaire, c’est une très bonne opportunité. De plus il ne faut pas oublier que vous serez rémunéré sur l’année. La transition entre le monde du travail et l’école se fera progressivement.

TGrojean

L’entreprise se place au cœur de l’enseignement. Les périodes en entreprise s'intègrent dans une logique pédagogique de mise en pratique des acquis. Ces liens privilégiés avec les acteurs de l’industrie sont également un facteur essentiel pour une intégration réussie en entreprise.

Rencontre à trois voix avec Camille Favarel, responsable de l’expertise FINRJ, Benoit Vesy, directeur d’Helion Hydrogen Power et Marjorie Antoine, chargée des Relations entreprises sur le campus Arts et Métiers d’Aix-en-Provence.

Quels sont les gains pour l’étudiant ?

Camille Favarel : Le secteur des énergies renouvelables est en plein essor. Cela se traduit actuellement par un nombre important de postes de chef de projet ou d’ingénieur d’étude dans ce domaine. Le bagage technique solide de la formation Arts et Métiers ainsi que l’ouverture apportée par les enseignements d’expertise leur confèrent un profil très recherché.

Le contrat de professionnalisation est une réelle chance pour nos étudiants. Il permet une immersion encore plus grande dans le monde de l’entreprise et une entrée dans le monde du travail plus douce grâce à un rythme d’alternance progressif tout au long de l’année.

Quels intérêts pour l’entreprise d’embaucher un étudiant Arts et Métiers en contrat de professionnalisation ?

Benoît Vesy : Les jeunes ingénieurs Arts et Métiers répondent tout à fait à nos besoins grâce à leur formation pluridisciplinaire. Par ailleurs, ils se révèlent être autonomes et dotés d’un esprit d’initiative, comme nous le constatons régulièrement dans le cadre de notre partenariat avec Hydrogadz. 

Le contrat de professionnalisation nous permet donc de prendre de jeunes collaborateurs déjà bien formés initialement et de les accompagner pour leur apporter les spécificités de notre activité.
 

Pour notre entreprise œuvrant dans un contexte innovant et évolutif, c’est également un moyen de maintenir et d’accroître un haut niveau de compétences et de dynamisme 

Pour l’entreprise, c’est l’occasion de former un futur ingénieur à ses métiers spécifiques et de le recruter par la suite complète Camille Favarel.

Comment le campus soutient les étudiants s’engageant vers un contrat de professionnalisation en 3e année ?  

Marjorie Antoine : Grâce à l’expertise du bureau des Relations Entreprises et aux nombreux liens tissés avec nos partenaires, nous mettons en place des actions pour guider les étudiants vers l’accès au contrat de professionnalisation. Un accompagnement personnalisé est proposé à chaque candidat. Il porte sur la méthodologie de recherche d'entreprises afin de l'informer et de le former aux techniques de recherche d’emploi (formalisation du projet professionnel, aide aux ciblages des entreprises, mise en place d’une méthodologie de veille, projection dans une situation professionnelle, …).
Nous apportons également un soutien aux entreprises pour le montage administratif et juridique du contrat de professionnalisation rajoute Lamia Errera, Responsable du pôle administratif des formations du campus.

TGrosjean Pile

Dernières actualités

Cinq étudiants participeront à une journée d’essais privés de Formule 1 début 2021.

Actualité

Félix Guéguen est élève-ingénieur Arts et Métiers en 3ème année du Programme Grand Ecole, dans le cadre d'un double diplôme réalisé avec

Témoignage

Le 6 juillet dernier, Rachel, ex-doctorante du laboratoire I2M du campus de Bordeaux, a décroché le prix Jean-Marc Gey (JMG) qui récompense des doctorants effectuant une thèse dans un laboratoire adossé à

Actualité

En juillet 2020, Arts et Métiers a délivré aux étudiants de la promotion 2019 du Programme Grande Ecole les premières attestations de réussite sécurisées par la blockchain.

Actualité