Métiers et parcours

Le doctorat, un diplôme à haute valeur ajoutée

Autonomie, rigueur, capacité d’analyse et de synthèse : les compétences développées dans le cadre d’une thèse offrent de nombreuses perspectives professionnelles dans les entreprises. De plus, le doctorat permet d’acquérir des connaissances pointues dans une discipline particulière. Cette double spécificité – une expertise complétée par des aptitudes transverses – fait de cette formation d’excellence un atout de plus en plus apprécié des recruteurs.

Une répartition équilibrée entre public et privé

Arts et Métiers a conduit une étude sur l’emploi des docteurs ayant soutenu leur thèse en 2014 au sein de l’établissement, en examinant leur situation professionnelle au printemps 2015. 86 % occupent alors un emploi. La principale voie d’insertion reste l’enseignement supérieur et la recherche publique (56 %), tandis qu’un docteur Arts et Métiers sur quatre opte pour la recherche et le développement en entreprise. Différents secteurs d’activité, comme le conseil ou la santé, embauchent également ces profils hautement qualifiés sur des missions variées.

Dans le privé, le statut de cadre est largement majoritaire, et les salaires moyens connaissent d’importantes variations – de 37 000 à 53 000 euros bruts par an.

L’importance du réseau professionnel

C’est le réseau professionnel, développé pendant la thèse, qui reste le principal moyen pour décrocher un emploi. Six docteurs Arts et Métiers sur dix en ont bénéficié dans leur recherche de poste. En ce qui concerne la plus-value du doctorat sur leur insertion, les diplômés 2014 mettent avant tout en avant les compétences scientifiques et techniques (91 %), suivies de la capacité à gérer des problématiques complexes (54 %), les aptitudes cognitives (40 %) et la dimension collaborative (20 %). Un large panel de compétences que trois quarts des docteurs Arts et Métiers jugent déterminantes dans leur poursuite de carrière.

Les conventions CIFRE, passeport pour l’emploi

L’un des principaux dispositifs de financement des thèses est le contrat CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche), qui permet aux entreprises d’embaucher un doctorant pendant trois ans dans le cadre d’une collaboration avec un laboratoire public. Près d’une thèse sur quatre est concernée au sein d’Arts et Métiers. D’après une étude menée en 2016 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et l’ANRT, deux tiers des docteurs ayant recouru à cette formule font carrière dans une entreprise, contre un tiers de l’ensemble des docteurs. L’expérience que confère ce mode de formation doctorale, orientée vers les préoccupations industrielles, renforce donc l’employabilité dans le secteur privé. L’étude révèle aussi que trois quarts des docteurs CIFRE sont recrutés pour des missions de R&D, majoritairement en relation avec le sujet de thèse.

Plus d'informations ?

Dernières actualités

Pour cette nouvelle édition, heSam Université repart dans l'aventure MT180 aux côtés d'Arts et Métiers ParisTech et du

Actualité, Recherche

Younes FAYDI, doctorant en spécialité mécanique-bois sur le campus Arts et Métiers de Cluny, a soutenu sa thèse lundi 11 décembre 2017.

Témoignage, Recherche

L'Open Access Week connaît sa 10e édition cette année.

Actualité, Recherche

Mohamed Haddad vient de soutenir sa thèse sur le thème "Développement d'une citerne routière en matériaux composites sandwichs pour les véhicules d'hydrocurage".

Témoignage, Recherche