Le doctorat, un tremplin vers l'industrie

Visuel de l'entrée du campus de Metz
Témoignage
Recherche

Damien Chevalier, doctorant au Laboratoire Conception Fabrication Commande à Metz.

Essais expérimentaux, découverte du monde de la recherche et conférences internationales, les trois années d'un doctorat sont riches d'expériences. Damien Chevalier, doctorant de 2013 à 2016 revient sur ses 3 années de thèse réalisées au sein du Laboratoire Conception Fabrication Commande à Metz.

Le doctorat, un défi personnel

Titulaire d’un Master en apprentissage de l’Université de Bordeaux, Damien a choisi de poursuivre ses études pour répondre à un défi : "L’entreprise dans laquelle j’étais en apprentissage souhaitait m'embaucher mais je voulais savoir ce qu’était la recherche et prouver qu’un diplôme par apprentissage n’empêchait pas de poursuivre dans cette voie. Le doctorat proposé par Arts et Métiers m’intéressait car il touchait à la fois à l’acier et à des procédés de fabrication."

3 ans, 3 phases

La première phase était celle de la découverte du sujet : "À mon arrivée, j’ai eu un gros travail de recherche bibliographique. J’ai appris beaucoup de choses mais j’ai aussi eu peur de passer à côté d’informations primordiales. Une fois que j’ai trouvé la ligne conductrice, la partie la plus intéressante allait commencer."

Ensuite, a suivi un an et demi de mise en place et de réalisation d'essais expérimentaux. C’est notamment pendant cette phase que Damien a effectué des essais sur les plateformes technologiques du campus et qu’il s’est rendu plusieurs fois en Italie sur le site de l’entreprise commanditaire des travaux. Pour boucler cette phase, il a fallu exploiter les résultats de tous ces tests.

Pour finir, Damien Chevalier a consacré 4 mois à la rédaction de son mémoire de thèse, document de référence remis au jury du diplôme.
Pendant toutes ces périodes, il a été suivi et guidé régulièrement par deux enseignants-chercheurs du campus de Metz et par son encadrant industriel.

Un bilan positif et un emploi à la clé

Damien Chevalier lors de sa soutenanceDamien s’est prêté à l’exercice de la soutenance de thèse devant un amphi de plus de 100 personnes. Après 45 minutes de présentation, il a répondu aux questions du jury pendant presque 2 heures.
Outre l’obtention de son titre de docteur, Damien tire un bilan très positif de sa thèse : "J’ai découvert le milieu de la recherche dans lequel je n’avais jamais évolué et rencontré des personnes très calées dans leur domaine. Je me suis rendu en Italie et ai assisté à des conférences internationales. J'ai même réalisé une présentation à l’une d’entre elle en Autriche. J’ai aussi participé à des formations dispensées par l’École doctorale et ai particulièrement apprécié celle sur Savoir négocier selon la méthode Harvard."

L’entreprise avec laquelle Damien a réalisé sa thèse lui a proposé un CDI. Il a débuté sa nouvelle fonction juste après sa soutenance.

Dernières actualités

Faire voler un drone en apesanteur... C'est le projet porté par une équipe constituée d’élèves ingénieurs du campus Arts et Métiers de Lille qui vient de remporter le concours "Projet Parabole" du CNES.

Vie étudiante

Vendredi 14 juin, à Carcans, les élèves ingénieurs du campus de Bordeaux-Talence ont participé à l'inauguration d'une stèle en mémoire des 100 aviateurs am

Actualité

Félicitations pour votre admissibilité aux Arts et Métiers.

Actualité

Retrouvez les mentions d'Arts et Métiers dans la presse du 7 au 13 juin 2019.

Actualité